• 1

Greta, Trump, Corona : qui aura le dernier mot ?

L’âge de pierre n’a pas pris fin par manque de pierres. L’âge du pétrole ne prendra probablement pas fin par manque de pétrole mais certainement par les dérèglements financiers et climatiques qu’il occasionne.

Pour l’instant, Donald Trump met en exergue sa puissance et le rôle moteur de l’or noir dans sa victorieuse stratégie économique. Devant les succès américains, le message de Greta Thunberg est étouffé.

Depuis 2 siècles, l’optimalisation de l’Economie s’est systématiquement construite autour d’une croissance à base d’énergies carbonées. Grâce aux hydrocarbures de schiste, les administrations Obama et Trump ont misé sur ce mécanisme afin de relancer l’économie US. Le pétrole n’est-il pas le sang de la croissance qui coule dans les veines de l’Economie mondiale ?

Pour imposer son schiste, Donald Trump n’a pas hésité à bloquer les exportations de ses concurrents comme le Venezuela et l’Iran ainsi que freiner l’émergence de la Russie qui détiendrait d’énormes réservoir de schiste en Sibérie et en Arctique. Sûr de son hégémonie, il se permet de snober les producteurs du Moyen-Orient.

Risquée, cette stratégie repose sur un seul et unique axe: garantir le financement.

 

Un colosse aux pieds d’argile

Le pic de pétrole conventionnel a été atteint en 2006. Sans surprise, l’or noir a été l’un des déclencheurs de la crise économique de 2008. A plus de 147$ et le poids des subprimes, l’économie a implosé.

Cette expérience a démontré qu’un baril à 100$ détruit la croissance. A ce prix, il devient impayable. Dans l’urgence, une nouvelle équation a dû être posée: comment extraire un pétrole de plus en plus cher tout en générant suffisamment de revenus pour les pays producteurs et un prix assez bas pour les pays consommateurs.

Le salut est venu des banques centrales via la création massive de liquidités. Grâce à cette injection artificielle, l’industrie pétrolière a pu financer ses extractions lourdement déficitaires. Ainsi depuis 2014, malgré plus de 200 milliards $ de pertes, l’industrie de schiste a perduré pour atteindre le 10% des extractions mondiales. Mais des signes d’essoufflements émergent.

En 2019, 42 entreprises américaines ont fait faillites. A défaut d’un pic pétrolier, c’est un pic de dettes qui menace l’industrie. Une partie toujours plus importante d’acteurs voient leur capacité de refinancement s’évaporer. Au niveau mondial, plus de 81% des gisements sont en déclin et les découvertes sont au plus bas depuis 60 ans.

 

Les rouages se grippent

Alors qu’en 2020, l’industrie de schiste américaine va devoir rembourser 40 milliards $ de dettes, le coronavirus grippe les rouages à un moment crucial. Depuis son émergence, le baril a perdu 20% et une incartade à 49$ le baril a fait toussé. Pour atteindre le seuil de rentabilité, les USA ont besoin d’un baril à 60$ et le budget de l’Arabie Saoudite s’équilibre à 85$.

A défaut d’un vaccin ou d’une remontée spectaculaire des cours, l’unique moyen de maintenir à flot cette industrie est une nouvelle perfusion de liquidités par les banques centrales.

 

Prioriser les investissements

Tempête après tempête et canicule après canicule, est-il préférable d’investir à fond perdu dans le pétrole ou de trouver solutions pour contenir les impacts du dérèglement climatique ? Même la très carbonisée Agence Internationale de l’Energie estime qu’il est climatiquement nécessaire de revenir à une extraction maximale de 67 millions barils par jour contre les 100 millions actuels.

 

Pour Donald Trump, il est essentiel que l’illusion d’abondance énergétique perdure au moins jusqu’à sa réélection en novembre prochain, même si la perspective de le voir gérer un krach pétrolier défie l’imaginaire.

Dans la léthargie mondiale actuelle, il est trop tard pour éviter la prochaine crise énergétique et climatique. Faire des prévisions est héroïque mais la diminution de notre utilisation d’hydrocarbures semble l’option la plus opportune afin de soigner la fièvre de notre planète.

Greta, Trump, Corona : viendra-t-il le temps d’aller au-delà des maux ?

Comments est propulsé par CComment

Notre Mission

La géopolitique énergétique, l'accessibilité des énergies et le climat vont modifier nos vies, nos régions, nos pays dans les années à venir. Entrer dans les coulisses pour mieux comprendre ces enjeux et vous faciliter les décisions.

Mise à Jour

Pour répondre aux nouvelles technologies et à la forte croissance du nombre de lecteurs, le site 2000Watts.org est en train d'être migré sur PicEnergie.org. Les 1'305 articles publiés depuis 2008 sont manuellement transférés. D'ici à quelques mois, vous pourrez surfer à l'identique sur les deux sites.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org